Des vivants et des dieux.

Une femme et deux hommes, X, Y et Z se rencontrent ; très vite ça se complique.

     Malentendus, suspicions, « embrouillements » sont au cœur de cette rencontre. Mais très vite un autre trio introduit des textes d’Esope et de Jean de La Fontaine. Que viennent-ils faire là ? Est-ce un simple anachronisme  ou l’histoire d’une censure qui est toujours là sans qu’on s’en aperçoive ?Au nom de qui ? Au nom de quoi ? Le clown éclairera-t-il tout cela ? L’Inconnu masqué qui se substitue à Z serait-il possédé lui aussi ?
Les dessous de l’affaire !?

     A l’origine était le Chaos du côté des mythes grecs. Nous dirions aujourd’hui du côté du réel
impossible à dire sinon en construisant des mythes, des récits se transmettant de siècle en
siècle. Est-ce les dieux qui ont créé les Mythes ? Ils en font plutôt partie. Il fallait bien créer
des récits pour encadrer le réel qu’on ne saurait confondre avec la réalité, plutôt à ranger du
côté de l’imaginaire.

Qu’importe qui a écrit les mythes, les récits, les fables ! Que savons- nous par exemple d’Esope  auquel on a associé La Fontaine qui écrivait, en même temps que des fables
inspirées d’Esope, des contes et des nouvelles érotiques  dont on ne trouve, encore
aujourd’hui, que de simples allusions dans les livres scolaires, bien que Louis XIV nous a
quitté depuis quelques siècles?

D’où viennent les dieux, au pluriel comme au singulier ? Les humains leurs ont donné la place
de l’origine. Les dieux sont devenus originaires. Reste à en faire histoires. Le ou les dieux
sont d’abord des récits.
L’enfant aime qu’on lui raconte des histoires. Il n’a pas besoin qu’on lui explique. L’histoire
se suffit à elle-même. Le ou les dieux sont d’abord des récits
Nous allons donc vous raconter une histoire de vivants et de dieu(x). Il arrive que les humains
entendent un appel venant d’ailleurs sous forme de voix dont il est difficile d’en faire un
récit. Mais, il faudra bien qu’il se constitue d’une manière ou d’une autre.
L’impossible à penser l’origine des humains a fait surgir les dieux qui deviennent dès lors un
symptôme des vivants humains, de ce réel impossible à penser.
Tout récit en porte la trace.

 

 
 

"Viverra nibh cras pulvinar mattis nunc sed blandit libero volutpat. Rhoncus est pellentesque elit ullamcorper dignissim."

Jack Connor - L.A. Review of Books

      Nous remercions vivement l’association Franco-Hellénique de Tour de nous permettre de présenter Des vivants et des Dieux (2019) qui est une création qui se situe entre :

Pour en finir avec le jugement de dieu, d’Antonin Artaud présenté en 2018 à la Chapelle Ste Anne et au Château du Plessis, et Les Censi et la folie d’Ajax, (Artaud et Sophocle) qui sera présentée en 2020.

Les autres créations de l’association Les Arpents d’art, vont de Artaud –Cri (2012) à Le retable des merveilles de Cervantes (2017) en passant par  A cheval sur mon dada de Daniil Harms (2015)…

 

Par ordre d’appariton : Y : Patrick Robert, X : Cécile Lebret, Z : Gilles Lolivier, Lesio
Conteuses :Maritsa Vibet Martine Cevrier,Danielle Tsikis
Le danseur masqué : Dimitri Tsiapkinis,
Gilles de Poche : Roland Lebret